Passer au contenu

Lettre du Père Armand

Chers amis, 

Je vous arrive le cœur rempli de joie pour vous parler de la Fondation. Je m’émerveille de constater la présence du Seigneur depuis le début « Les Amis du Père Armand » qui forme maintenant une grande famille. Oui, dans la Fondation, tous peuvent donner de leur temps, de leur argent et témoigner leur intérêt afin que les bébés à l’hôpital  de Champerico, ne manquent de rien.

Nous avons un Conseil d’administration très dynamique. Tous les membres n’ont qu’un seul but : FINANCER L’HÔPITAL. Plus de 300 bénévoles s’impliquent  dans les différentes activités plus ingénieuses les unes que les autres …et c’est  là que je vois le Seigneur à l’œuvre pour les tout-petits de l’hôpital qui sont ses privilégiés. Il est là  dans les petits gestes que  chacun pose afin que toutes les collectes de fonds soient un succès.

Aucun geste n’est anodin : un fait des appels téléphoniques, un autre va chercher des pots vides, d’autres vendent des billets de tirage… il y en aurait tant à nommer. Tous ces petits gestes font la différence et je le vis aussi à l’hôpital.

La semaine dernière je m’assois près du lit d’une dame elle me dit : «j’ai gardé ce secret toute ma vie, n’en parlez pas ». Je n’ai fait que l’écouter. Une autre personne dans la chambre voisine me dit : « Votre présence est réconfortante. Bénissez-moi, votre sourire me fait du bien ». J’ai parlé longuement avec une dame qui veillait sa maman de 89 ans. Elle m’a dit avant que je la laisse : « Cela m’a fait du bien d’échanger avec vous et voir les  belles réalisations dans votre vie ».Elle continue en me disant : « Cet après-midi vous pouvez donner l’onction des malades à ma mère. »

Le Seigneur est le plus souvent dans les petites choses, celles qui sont simples, effacées, mais qui font la différence. Je vous invite donc à lire le « Rapport du Président » où vous constaterez tout le travail extraordinaire qui se fait parce que chacun y a mis son amour et son temps et vous pourrez découvrir la présence agissante du Seigneur.

Je vous bénis, la Fondation a besoin de vous.

Lire les entrevues du Père Armand

Image