Passer au contenu

BRUNCH Bénéfice automnal DE LA FAPAG-SECTEUR SAGUENAY-LAC ST-JEAN

3 novembre 2019

Plus de détails

Les religieuses et le personnel visitent 250 familles

    En mai 2010, le Guatemala a connu sa pire saison des pluies des 60 dernières années. L’ouragan Agatha a endommagé l’hôpital dont l’infrastructure a subi de graves dommages. Le taux d’humidité a causé la prolifération de champignons dangereux pour la santé des bébés soignés à l’hôpital.

    Soeur Rosa, la directrice de l’hôpital, a dû recourir au service d’un ingénieur pour faire effectuer les réparations nécessaires aux bâtiments abritant l’hôpital, le domicile des religieuses et la grande salle de réunion.

    Plusieurs blocs de ciment ont dû être remplacés et enduits d’un produit spécial pour les rendre imperméables, particulièrement à la base des murs. Les réparations ont duré plus de vingt jours. Plusieurs planchers de ciment ont été refaits dont celui de la cour centrale et la toiture a été imperméabilisée. Le coût total des réparations s’élève à plus de 18 000 $.

    Un grand merci à nos donateurs et en particulier à Isabelle Tremblay et Danielle Larue de Ville de La Baie qui ont fait appel à la générosité des commerçants locaux et ont amassé 5 000 $ dans un temps record. Félicitations et merci à tous, l’hôpital est maintenant en bon état.

    Durant la période des travaux, les petits patients ont été retournés dans leur famille. Sœur Rosa a profité de l’occasion pour organiser la visite de plus de 250 familles dont un ou plusieurs enfants ont été soignés à l’hôpital.

    Ces visites ont donné l’opportunité à chaque employé de l’hôpital, surtout à ceux travaillant dans les bureaux de connaître la réalité vécue par plusieurs familles de leur communauté. Chacun a pu constater qu’à la saison sèche, marcher sous un soleil de plomb « vous fait littéralement avaler de la poussière ».

    La majorité des maisons où ces familles vivent n’ont ni électricité, ni eau, ni égout. La préoccupation première des parents est de trouver du travail pour nourrir leurs enfants. Les familles ayant la chance de posséder quelques poules ou un porc vivent à proximité avec leurs animaux, ce qui cause de nombreux problèmes de santé.

    Certains parents s'efforcent de suivre les règles de propreté, d'hygiène et de préparation des aliments enseignées par les religieuses. Plusieurs mères sont créatives et font preuve d’initiative pour améliorer le bien-être de leur famille.

    L'expérience a connu un franc succès et chaque employé a pris conscience de l’impact direct de son travail sur le bien-être des petits patients, de leur famille et de toute la communauté.

La Revue du Père Armand, mars 2011
Voir toutes les nouvelles