Passer au contenu

Décès du Père Armand Gagné

17 mars 2021

Plus de détails

Un voyage qui ne peut laisser indifférent

Le GUATEMALA n’avait jamais été un de mes points de mire, comme destination de voyage… Pourtant, guidée par le hasard qui m’a fait rencontrer « les bonnes personnes », j’y ai passé 14 jours en avril dernier… et ce fut le plus « marquant » de tous mes voyages. Au fil des intéressantes ballades touristiques, il y eut la découverte du peuple guatémaltèque dans toute son authenticité.  À Totonicapan, nous avons rencontré des élèves de la pré-maternelle au post-secondaire, entendu de touchants témoignages de reconnaissance de la part de jeunes qui sont parrainés ou aidés dans leurs études par la Fondation du Père Armand. À Salcaja, nous avons visité une maison qui reçoit des filles de la rue, prises en charge par des religieuses. Mais pour moi, au-delà de tout le reste, le clou de ce voyage « extra-ordinaire » (pour signifier hors de l’ordinaire), c’est à l’hôpital pour enfants de Champerico que je l’ai trouvé.  Dès le premier instant, une image indélébile s’est imprimée dans ma mémoire :  j’entre dans l’hôpital (appelé Centre de nutrition), juste derrière le Père Armand qui a les bras chargés de vêtements pour les enfants, une religieuse vient l’accueillir, une porte s’ouvre… et une ribambelle de petits anges de deux ans ou moins, coquettement vêtus pour la circonstance, s’avancent lentement vers nous, affichant un petit air légèrement inquiet. L’apport de cette expérience est unique et indicible.  Cependant, parmi les nombreuses traces laissées par ce voyage, il y a le souvenir de personnes formidables : d’abord, mes compagnons et compagnes de voyage, ainsi que des religieuses et le personnel qui les entoure, mais aussi des personnes âgées, des plus jeunes et des enfants qui dégagent tant de chaleur humaine et de joie de vivre, malgré leurs conditions de vie bien particulières.  Mais surtout, il y a la preuve irréfutable du bien-fondé et de la grande efficacité de l’œuvre de La Fondation du Père Armand !  Indéniablement, elle doit être supportée…  et tous les bénévoles qui contribuent à assurer son prolongement peuvent être assurés que leur action est essentielle et combien bénéfique ! Je souhaite à beaucoup de personnes de saisir l’occasion de s’offrir un tel cadeau !

Céline Bouchard

 

 

Voir toutes les nouvelles